mardi 19 septembre 2017

convoquée suite 2

L'agent d'entretien ne se fait pas prier. Caroline sent sa main passer entre sa culotte et son collant au niveau de ses fesses. Il le baisse sous ses fesses et fais la même chose avec son string. Caroline regarde la porte face à elle, elle sait que n'importe qui peut entrer à tout moment. Elle tient l'avant de son string et son collant par réflexe tandis qu'elle doit se courber en avant pour être punie.

Les claques de l'agent n'ont rien a voir avec celles du proviseur. En une dizaine de fessées, il réussit à mettre Caroline en pleurs et deux belles marques rouge sur ses fesses sont apparues. Le proviseur arrête lui même la fessée quand il voit la puissance des claques. Caroline se redresse et remonte ses vêtements aussitôt puis frotte ses fesses encore secouée par les sanglots.

- Monsieur Ducros, pouvez-vous réparer cela dès demain ?

Celui-ci lui répond qu'il a quelques matériaux à acheter, mais que cela est envisageable.
Satisfait de sa réponse, il demande à Caroline si elle a une heure de libre dans ses cours le lendemain.
Caroline doit répondre qu'elle n'a pas cours en première heure l'après-midi.

- Très bien, vous viendrez donc aider Monsieur Ducros aux travaux. Prévoyez une veille culotte qui ne craint pas d'être abimée. Ce sera le seul vêtement que vous aurez le droit de porter pour faire les réparations.

Trop occupée au moment présent, Caroline ne prends pas tout de suite conscience de ce que vient d'annoncer le proviseur. L'agent d'entretien, lui à très bien compris et dit qu'il sera à l'heure et prend congés.

Caroline doit suivre le proviseur. Elle retrouve un peu ses esprits lorsqu'elle s'aperçoit qu'il son ressortis du dortoir. Sa jupe étant restée dans la chambre des garçons, elle doit traverser la cour en petite tenue. Il l'emmène jusqu'à l'infirmerie et la confie à l'infirmière.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

24 heures pour M Ducros pour fantasmer, et pour Caroline pour appréhender.
J'adore ces 2 visions d'un même événement. Tout est relatif !

Anonyme a dit…

pas de suite 3 ?
Dommage !